mercredi 11 avril 2012

En or

En ces temps pré-révolutionnaires, lorsque je passe place de la Bastille, je n’ai que dédain pour les foules industrieuses et embouteillées qui se tapent un tour de manège. Je préfère lever le nez sur le génie de la Bastille et m’interroger gravement. Le Génie est-il bien monté ? Son génie réside-t-il dans ses roustignolles en or ? A-t-il volé jusqu’au sommet de la colonne de Juillet en 1835 ?




On ne pense pas assez aux escaliers.
(Georges Perec, Espèces d’espaces)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires