mardi 3 avril 2012

La Corée du Nord est décevante

Rien n’y fait ! Mes appels désespérés aux soldates de la République populaire démocratique de Corée demeurent vains. Je crie dans un désert affligeant, cruel et vide. Et chaud. Je souffre et me morfonds, ronge les ongles de mes voisins de palier, hurle à la mort au volant de ma voiture (non-Coréenne du Sud, je tiens à le souligner). En pure perte, j’en suis certain désormais. Aucune soldate de Pyomyang ne viendra jamais voir mon beau Spiralweb. Pourtant, vous en êtes témoins, les filles, je me suis décarcassé l’imagination. Mais je crains bien que les soldates nord-coréennes soient fort occupées par leurs activités professionnelles ces temps-ci. Je peux le comprendre, cela arrive aux meilleurs d’entre nous. Ce qui me console, c’est que je me suis fait de nouveaux amis. Mon beau Spiralweb étant lu au Mexique et en Belgique, il me faut dire un mot gentil aux peuples de ces jolies nations :
—Les Mexicains aiment le piment, surtout au lit. Tous les Mexicains sont mes amis ;
—Les Belges sont les rois de la frite, surtout au lit. Tous les Belges, et même les Flamands pas marrants, sont mes amis.
Malgré rien, je ne peux me résoudre à abandonner la partie… Toutes les soldates nord-coréennes sont mes amies (finalement, je me désintéresse des soldats : de vrais bourrins). 




Il arrive qu’un homme s’endorme en boutonnant sa veste, les doigts serrés sur le dernier bouton. Il arrive que l’on aperçoive, incrustée dans l’asphalte brûlant, une clé polie par les semelles des passants. On vérifie ses poches, soudain inquiet.
(Nick Flynn, Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires