dimanche 15 avril 2012

La photo du dimanche (3)

Ce matin — oui, je sais, je me lève hypratôt —, en posant mon pied gauche sur le parquet, j’ai eu la révélation de la pensée éthérée du jour : la présidentielle est formidable.
De prime sabord, ça ne paraît pas être le cas, mais il faut se méfier de sa première impression.
Veuillez considérer la slogantitude suivante : l’écologie le vrai changement, d’Eva ; la France forte, de Nicolas S. ; les travailleurs n’ont pas à payer la crise du capitalisme, de Nathalie ; aux capitalistes de payer la crise, de Philippe ; prenez le pouvoir, de Jean-Luc ; la France libre, de Nicolas D.-A. ; oui la France, de Marine ; un monde sans la City ni Wall Street, de Jacques ; rien ne lui résiste à la France solidaire, de François B. ; le changement maintenant, de François H. Avouez qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur. Nos amis candidats sont tous aptes à comprendre ce qui se passe dans la société française (ils ne sont pas sourds), en mesure de proposer des solutions (ils regorgent d’idées) et capables de manier les bons outils (dix fameux bricoleurs).
Grâce à eux, je tutoie, nous tutoyons la poésie des sphères.




La moitié de la planète délirait. Les furieux et les crétins se partageaient le reste.
(Charles Bukowski, Pulp)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires