dimanche 29 avril 2012

La photo du dimanche (5)

Je vous ai usés avec mes images de cimetières et monuments aux morts. Si, si, je le sens. Qu’attend-on du dimanche ? Un peu de légèreté, de vlakitude grabue, de zourf rondelet. J’avais pensé photographier deux croissants sur la tombe de Jim Morrison — ce qui l’aurait reposé des canettes de bière —, ou trois petits pains au lait au pied du monument funéraire d’Oscar Wilde — il est vraiment petit pain au lait, Oscar —, et puis j’ai renoncé. Pas au nom de la morale bourgeoise, vous me connaissez maintenant, mais en raison d’une météo pénible. Franchement, deux croissants gorgés de grasse pluie parisienne partant en sucette sur une pierre tombale défoncée par les fans et sous un ciel baudelairien, si ça peut avoir du sens, ça peut surtout, après quatre semaines de flotte, vous noyer dans une dépression irlandaise de Toussaint trop tôt anticipée. (Vous pouvez déjà en conclure qu’avec le retour prochain du soleil, vous y aurez droit aux croissants sur les osses de Jim.)
Bah, tiens, en attendant, je vais vous offrir une photo de mon voyage éclair à Berlin en compagnie de mon ami Michel Saliou. J’ai pris ma bande de potes : Billy Wilder, Pamela Tiffin, James Cagney et Hortz Buchholz qui chevauche sa fusée. On est beaux, souriants, confiants dans l’avenir — je suis pareil qu’eux derrière mon 6X6. Wunderbar ! Große Klasse !




Je m’appuie tendrement contre la nuit
sur la rampe rouillée
je trouve ma joue, mon épaule
je trouve ma tendresse :
fer et chair.
(Inger Christensen, Lumière)

3 commentaires:

  1. Moi, je les attends les croissants sur la tombe de Jim.Même, le jus d'orange frais avec les pains au chocolat. Il aurait adoré.
    Surtout s'ils sont bio.

    RépondreSupprimer
  2. Chère Charlotte B.,
    Je vais voir ce que je peux faire, rapport au bio. Pour le reste, permettez-moi de m'en tenir à ce que j'ai dit : deux croissants. Point. Vous me voyez, dans le Père-Lachaise, avec du jus d'orange, des pains au chocolat, que sais-je encore ? Pourquoi pas une baraque à frites, tant que vous y êtes ?!?!

    RépondreSupprimer
  3. parce que les fites, c'est beauf et que Jimmy n'a pas m"rité cela. Alors que le petit-déjeuner complet, si. Et il se pourrait même que je me lève pour aller breakfeaster en votre comapgnie sur sa tombe.

    RépondreSupprimer

Commentaires