vendredi 27 avril 2012

On va dire entre guillemets au niveau du ressenti

C’est un wombat de fous les fours. De fous les implants, même. Je lasse ma lie en bière à déjouer les attaques de l’âme dieu crie thé de la mangue fardée. Et c’est pas docile fous les fours. Ces rois-là : « on va dire », « entre guillemets » et « au niveau du ressenti », je les ai noués à la rapine. J’avais des six dés de le fer, je l’ai fée sans diadème. Avec un feu de volonté tout de même ; je suis costadu dans l’entêtement. Et j’ai tenu.
Cependu, je me suis laissé déborder par le terrible « Voilà… », toujours assorti de ses points de suspension et qui vient, comme une machette à la lame émoussée, couper la phrase avant son achèvement. L’aposiopèse.
Pourquoi, au-delà de sa sur-représentation dans le tangage de fous les fours, me suis-je laissé refiler cette aposiopèse ? Parce que cette figure de style est celle de la réticence ; cela me va bien au teint.




Je vous coupe les queues, a dit la marchande de fruits et légumes serrée à déborder dans son corsage. J’ai été tenté de répondre que je n’en avais qu’une et ne tenais pas à ce qu’on me la coupe je n’ai pas osé.
(Annie Saumont, C’est rien ça va passer)

1 commentaire:

Commentaires