mercredi 4 avril 2012

Thune, bouffe et langue française

Vous êtes incroyables ! Dès que je dis « banque » ou « camembert », vous vous précipitez sur mon beau Spiralweb.
Heureusement pour mon moral sensible de l’élastique ces derniers temps, le noble point-virgule, sorte de vicomte du sud-ouest du Lot-et-Garonne, vous attire également. Comment lier ces trois points de fixation par un même nœud ? Existe-il un banquier frappadingue ne se nourrissant que de coulant baraqué et surveillant le cours du point-virgule sur les marchés mondiaux depuis la découverte d’un gisement sous-marin en mer d’Oman ? En admettant qu’au Comptoir du Crédit Littéraire Spongieux un chargé de comptes ait le profil, pourra-t-il vous séduire durablement ? Il faudrait un peu de sexe en plus, non ? OK : « banque », « camembert », « point-virgule » et « sexe »…
L’autre jour, en me rendant dans l’une de mes banques, celle où je loue un coffre pour remiser au chaud les derniers prototypes de points-virgules expérimentés au sud du 45e parallèle, j’entrai sans frapper dans le bureau du directeur d’agence, un gars que j’avais connu à Da Nang. Je le surpris l’œil brillant, le pantacourt tire-bouchonné, les mains enfouies dans deux camemberts distingués par une médaille d’or au concours agricole. Il avait le souffle court. Je refermai sur moi la porte du bureau et sortis discrètement, légèrement désarçonné. La question de la sexualité est préoccupante pour les anciens combattants. Je pensai, vous me connaissez, à la Corée du Nord, et laissai mon esprit dériver. Une histoire de sexe… Avec toute l’armée nord-coréenne ?… En supposant que je ne m’intéresse pas aux carottes prétentieuses et me concentre uniquement sur les sujets féminins, je ne sais pas si c’est bien raisonnable. La parité respectée à la botte près à Pyomyang m’orienterait vers la moitié d’un effectif global de 9 495 000 militaires, soit 4 747 500 soldates, réservistes comprises. Bon… je vais revenir aux pensées éthérées ; et ce sera tous les jours dimanche.




Pensez-vous que le pourcentage de gens fous au sens clinique du terme soit constant, ou bien est-ce un chiffre qui change avec le temps en fonction des conditions locales immédiates et de forces historiques plus puissantes ?
(Padgett Powell, Le Mode interrogatif)

2 commentaires:

  1. Ce blog est un pièges à filles !!!

    Une soldate éveillée

    RépondreSupprimer
  2. aucune liberté !
    le message s'affiche après approbation !

    Thierry, je ne te reconnais plus...

    RépondreSupprimer

Commentaires