jeudi 17 mai 2012

Matière de l'esprit

Vous êtes-vous interrogés sur la nature même de l’esprit ? L’esprit humain, votre cervelle, votre réservoir à pensée, votre mallette portative de survie, votre livre de codes à décrypter l’univers ? Une fois encore, je me tourne vers les filles, les carottes prétentieuses se posent rarement ce genre de question — non… prouvez-moi le contraire, les mecs.
Reprenons, la matière de l’esprit est-elle de la Jell-O (et peu importe qu’elle soit verte ou bleue) ? Une sorte de riz gluant ? Un agglomérat de boulghour ? Des tripes à la mode de Caen (panse, feuillet, bonnet et caillette de ruminant) ? Du boudin, noir ou blanc selon l’humeur du moment, bien tassé dans la boîte crânienne ? Ou êtes-vous de celles qui envisagent la matière de l’esprit comme de la vapeur d’éther ? Peut-être encore de la sciure de pin maritime (non traité), du polyvinyle de chlorure ?
Et si, tout simplement, la matière de l’esprit, molle par essence, malléable par vocation, était du cristal liquide. Vous ne sentez pas chaque jour ces petites tensions électriques qui vous animent et réorientent vos molécules ?… Si, les filles, vous les sentez, c’est pour ça que vous crevez l’écran.
Je crois qu’à ce point du raisonnement nous avons définitivement perdu les carottes prétentieuses.




C’est à Osaka qu’on me fit goûter pour la première fois ce lard très gras qui reste enfermé pendant des mois dans du marbre blanc de Carrare frotté de sauge, d’ail et de romarin.
(François Weyergans, Royal Romance)

1 commentaire:

  1. J'opterai plutôt pour de la kryptonite.
    Et, oui, c'est définitivement une arme contre les carottes prétentieuses (surtout en costume de superhéros)!!

    RépondreSupprimer

Commentaires