mardi 15 janvier 2013

Il neigeut


Il neigeut. Pipo sortiat dans la cour : un animal avait abandonné sans vergogne des traces de lelui dans la poudreuse. La grosse bête noire ? La vache Grosjean ? Un vieux dahut breton ? Pipo futait circonspect. Il prenit un air décontracté et sifflotut dans le silence ouateux du matin.
À ces mots, Popi ne se sentat plus de joie, il sortiat dans la cour retrouvationner son ami, frais à construire à la main un bonhomme de neigeu. Pipo le guillemetta : « Alorsse, Popi, t’en oraiti une idée, rapport aux traces ? » Icelui se fusilla : « Je va te dire. » Pipo admiralait son ami d’une admiralion sans corne ni milite, il regardut Popi exécuter d’une main mûre et d’un pied larcin le tour du bosquet de boubous et de bamleaux. Il le vitut se stopper blette. « Aucune route ! s’éhurlat Popi, quand tu noiyes l’ébat du loup mort dans le bosquet, aucune route, c’est un gnon de la loumotte ! Et une loumotte à grande bouche, ça est mûr… » Pipo roulationna des yeux, Popi manquit d’air. Pas question de finir comme le loup. Ils se dépecèrent, la route estiai encore longue jusqu’à Memphis, et la neigeu allaitpasteurisé les rembrunir. Ils additioniais sur le grand Sim. Avec un pneu de molle, le grand Sim les sauvetagerut.
Ils cournurent en grillant : « Pas la loumotte ! Pas la loumotte à grande bouche… pas… »
La neigeu étranglit leurs frits.




De bonne heure, comme le lui avait demandé Jacques, Bertin se présenta chez les Faget. Il fut aimablement accueilli par toute la famille. Rapidement, il exposa le but de sa visite. Les parents de Micheline, qui ignoraient tout, furent d’abord stupéfaits, puis alarmés par le danger couru par leur fille.
(Pierre Lamblin, Jacques Rogy court deux lièvres à la fois)

1 commentaire:

  1. Maïs, Popixmeu, tu es flou !
    M'fin, tu nous as bien fait viruler les zigotomatiques.

    S'pèce de farang-Outang cortomaltique.

    RépondreSupprimer

Commentaires