mercredi 22 mai 2013

Aujourd'hui, c'est la Sainte-Lose


La liberté est une illusion d’optique qui ne s’arrange pas avec l’âge. Recouvrer soudain sa liberté procure un sentiment d’extrême dénuement. C’est se retrouver nu en plein carrefour avec ce petit vent du nord qui vous déchausse les dents depuis des semaines. Au fait, combien chez vous ? Dans mon chez-moi, six degrés tous les matins de la semaine, et de la flotte à seaux toute la sainte journée ; c’est dire l’inconfort de la position sus-nommée.
Il y a toujours un élément déclencheur aux grandes crises mystiques. Pour ma part, mes chères soldates des légions nord-coréennes, c’est une somme de petites choses rabougries et tricotées ensemble qui m’a propulsé à l’intersection des Irlandaises.
J’ai d’abord perdu mes raccourcis clavier, ma veine historique, ma noire atmosphère, mon crédit bancaire (je dois reconnaître que cette perte-là n’est pas nouvelle — Mister BNP est un salaud, Miss Caisse d’Épargne une saleté), ma barbe de cinq jours, ma foi en saint Expedit et sainte Rita, mon espoir en le respect de notre belle et bonne langue ki tournerait si bien dans nos bouches.
Et puis, dans la grande simultanéité oumbala, cul sur cul, j’ai entendu Ribéry dire « Le Touquet c’est une ville que j’aime bien venir », j’ai vu W9 programmer dans la même soirée La Gloire de mon père APRÈS Le Château de ma mère, j’ai rencontré un porteur de projet qu’a créé du lien social pour investir le pouvoir dans le vivre-ensemble…
Et surtout, j’en ai eu plein le cou d’entendre et de voir Michel Serres déblatérer toujours les mêmes conneries : y commence à nous faire chier avec sa Petite Poucette ; qu’il la tire et qu’on n’en parle plus.
Libération a quarante ans, merdre.
C’était mieux en rouge.




Les feux de l'été s'allument avec l'orange pressée du matin. La langue pique, le bleu du ciel coule dans la tasse de café, le gravier blanc aspire la baie vitrée. L'herbe des collines cavale vers la terrasse. Tout peut commencer.
(Yonis Calendula, Les Écharpes de feu)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires