jeudi 22 mai 2014

Les seins de la Grande Zaza ou l'invention du teasing


À l’angle de la ruelle des Écoliers, chaque matin, la Grande Zaza se tient devant sa pierre d’évier, face à la fenêtre. C’est l’heure où les gosses vont à l’école, l’heure où la Grande Zaza, torse nu, se savonne longuement les seins, un vrai massage, tout mousseux, au savon de Marseille. Nanard, Jacky, Momo, Nono, le petit Michou Cachou, et Chicorée — le gars qu’a un nom de café, et le plus gros mandrin que quand il tire dessus il parvient à le faire couiner que c’est pas humain—  se régalent. Ça s’agite dans les slips en coton tricoté tandis que la Grande Zaza prend des airs dégagés, ne se donne même pas la peine de cligner de l’œil. Pour se livrer corps et âme à son petit rituel depuis qu’elle possède une belle paire de loches, autant dire la nuit des temps, la Grande Zaza sait pertinemment qu’elle investit dans l’avenir. L’avenir du mâle et le sien. Tous ces petits crétins qu’elle allume à l’orée du CM2 chuchotent des récrés entières que pour 5 francs, la Grande Zaza elle te fait tout. Et dès qu’ils attrapent du poil aux couilles, les petits merdeux passent par la porte de derrière : eh oui, pour 5 balles, elle te fait tout, la salopeuh…, crache Chicorée en s’essuyant les lèvres d’un revers de main, une main toute terreuse de la corvée d’herbe à lapins, la salopeuh… Dans ses yeux il y a comme de la bave d’escargot. Et Nanard, qui l’admire, en a le menton qui ruisselle : la Grande Zaza n’a qu’à bien se tenir aux roubignoles.




« Salut, grosse Putain, dont les larges gargouilles
Ont fait éjaculer trois générations !
Et dont la vieille main tripota plus de couilles
Qu’il n’est d’étoiles d’or aux constellations ! »
(Guy de Maupassant, 69, in Nouveau Parnasse satyrique du XIXe siècle)

1 commentaire:

  1. "Au milieu des fleurs", une promenade où l'atmosphère coupante des lieux vous interdit de bouger. "Les seins de la grande Zaza", se boivent comme un vin de Bourgogne, si terriblement chaud et drôle, qu' on s'esclaffe goulument !

    RépondreSupprimer

Commentaires