mardi 23 septembre 2014

Dans les yeux


Il faut toujours regarder la forme dans les yeux. Elle sait ce que l’on ignore. Son odeur nous renvoie à un tissu fané, à cette sensation d’une peine perdue au fond d’un bénitier. Bien regarder la forme, pas son allure mais sa mise, cette petite robe noire de casino où l’on passe et l’on manque. Coller son œil sur ses plis. Grimper dans la pirogue, flotteurs, balancier, majesté des lointains. Regarder la forme ; sèche, corps oublié, gemme, silice, elle attire. Les troupes de rats au ciel ne sauveront rien. Mais des cendres de cette journée, l’on fera quelque chose. La forme. Dans les yeux.




 « La journée commença, semblable à n’importe quelle autre. De derrière le guichet de l’étage principal, je regardais les adolescentes aux seins haut plantés monter dans la chaleur le large escalier de marbre menant à la salle de lecture. »
(Philip Roth, Goobye, Colombus)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires