jeudi 12 février 2015

J'ai fait piquer mes enfants


Ce n’est jamais facile de faire piquer ses enfants, surtout dans les premiers mois de leur vie. Quand j’ai vu débarquer les deux miens dans le monde humain avec leur sale gueule, photocopie de la mienne, je n’ai pas hésité un seul instant à recourir à la solution létale. Ensuite, comme tout bon judéo-chrétien de formation à l’ancienne, je suis entré dans une longue phase de culpabilisation. Qu’avais-je fait, mon Dieu ?
Ce genre d’histoire peut vous bouffer la rate une bonne vingtaine d’années, voire trente, si l’on tient compte de la dictature de l’enfant-roi et de la tanguysation  perverses et crypto-cryptées de nos sociétés occidentales — quoique en voie de putréfaction.
Dans cette sorte d’ensilage d’une vie adulte, malgré tout, en soulevant une paire de pneus de tracteur, on peut découvrir au cœur même de la pestilence un mince espoir : durant toutes ces années, j’ai échappé à de nombreuses maladies infantiles contre lesquelles on avait omis de me vacciner, et plus prosaïquement, j’avais été à l’abri des gastros et grippes saisonnières.
J’ai écrit au paranoïaque maréchal Poutine un mail furibard : que fais-tu, espèce de branleur, contre les pauvres ? Ni une ni trois, j’ai reçu par Chronopost ma Kalachnikov. Parfait. C’est agréable d’avoir affaire à un pro. Mercredi prochain, après ma récolte de légumes pourris aux Restos, j’éradiquerai tous ces connards de pauvres toujours malades d’un rien, et qui refilent les miasmes de leurs gniards au premier dépressif venu. Enfin, après l’administration doucereuse d’un bon grog, je me mettrai en route pour la Turquie, où, à Istanbul, mon ex-ami Nicolas fera l’effort de me procurer un moyen de passer en Syrie. Avec les mômes, je n’aurais peut-être jamais tenté le jihad. Mais là, franchement, dans le sable chaud, grippe, gastro et obsessions de descendance allaient crever étouffées. 




« Cela n’avait pas d’importance. D’ailleurs les gens, ici, n’étaient pas les mêmes que dans la vie normale. »
(Georges Simenon, Maigret à Vichy)

1 commentaire:

  1. Voulez-vous les coordonnées et les horaires du planning familial ?

    RépondreSupprimer

Commentaires